Grand Nancy : des ultrasons pour soigner le cancer

La clinique Louis Pasteur s’est dotée d’un nouvel équipement innovant pour le traitement du cancer
de la prostate : Focal One. Son atout majeur ? Traiter exclusivement la zone de la prostate atteinte par
le cancer par le biais d’ultrasons. Une technique qui fait son apparition en exclusivité sur la métropole. Les docteurs Louis Leblanc et Baptiste Marçon, urologues, détaillent cette innovation.

Avec plus de 71 000 cas diagnostiqués par an et un homme sur huit confronté au cancer de la prostate en France, ce dernier se place au troisième rang des causes de décès par cancer chez l’homme, devant celui du poumon et du colon. Les docteurs Louis Leblanc et Baptiste Marçon ont implanté leur cabinet d’urologie (Urops) de consultations générales mais aussi d’interventions spécialisé en traitement mini-invasif (chirurgie robotique et laser) depuis quelques mois au sein du Pôle médical Pasteur-Kléber d’Essey-lès-Nancy. « Le cancer de la prostate a une mauvaise image parce qu’il implique bien souvent un traitement qui inflige de nombreux effets secondaires chez l’homme. Troubles de l’érection, incontinence, etc. Mais aujourd’hui, la technologie et l’innovation rassemblées autour de l’équipement Focal One permettent de réduire ces effets peu agréables chez le patient. Avec une préservation de sa qualité de vie », expliquent en chœur les deux jeunes médecins.

Focal One présente notamment la particularité d’associer à la fois l’IRM, l’échographie 3D et les ultrasons focalisés de haute intensité. L’IRM réalisée avant l’intervention localise la tumeur tout en définissant les contours de la prostate. C’est ensuite depuis un ordinateur que le chirurgien urologue pilote Focal One qui délivre des ultrasons de haute intensité grâce à une sonde introduite par voie rectale. Des impulsions intermittentes de forte chaleur sont émises par la sonde focalisée sur la zone ciblée afin de détruire le tissu cancéreux au millimètre près.
Il s’agit donc d’un traitement non invasif, sans incision pratiquée, ce qui permet d’éviter la chirurgie et donc les cicatrices. « L’intervention est possible en chirurgie ambulatoire ou avec une courte hospitalisation. Grâce aux outils d’imagerie performants que sont l’IRM et l’échographie 3D, nous pouvons cibler précisément la zone touchée. On la voit très clairement apparaître sur notre écran qui nous sert de fil conducteur tout au long de l’intervention via le guidage robotique. Traiter la zone précise et non l’ensemble de la prostate comme il est courant de le faire. Et c’est là que toute l’innovation et sa réponse technologique prennent leur sens. Plus on va traiter les petites zones, moins les effets secondaires seront importants. La concentration de l’intervention sur une zone précise et la répartition des ultrasons ne signifient pas pour autant une perte d’efficacité. Bien au contraire. Cela permet un traitement sur-mesure dans l’adaptation de la maladie et du traitement. Précisons aussi que la possibilité de retraitement en cas de récidive est possible », détaillent les docteurs Louis Leblanc et Baptiste Marçon.

Pas uniquement pour le Grand Nancy

Focal One est une innovation mise au point par la société française Edap Tms, numéro un mondial dans le domaine des ultrasons thérapeutiques. La société, implantée à Vaulx-en-Velin (Rhône) depuis 40 ans, développe, conçoit et commercialise des dispositifs médicaux mini-invasifs qui utilisent l’ultrason thérapeutique, tout particulièrement pour l’urologie. Louis Pasteur Santé, présidé par le docteur Christophe Baillet a franchi une nouvelle étape ces dernières semaines en matière d’innovation médicale en accueillant l’outil Focal One. Pour autant, l’appareil « circule » sur l’ensemble du territoire hexagonal par le biais du réseau Santé Cité. Auprès de 120 établissements dont le CHRU de Nancy. Moyennant un coût de 700 000 euros. Les docteurs Louis Leblanc et Baptiste Marçon ont suivi des formations auprès d’autres professionnels afin de s’approprier les techniques propres à Focal One pour favoriser un suivi mais aussi un retour d’expériences.

« Nous allons sélectionner les patients qui pourront avoir recours à ce dispositif en fonction des pathologies et des indicateurs. Mais c’est une activité qui tend à devenir “la norme” dans les prochaines années. Le dépistage individuel, la surveillance active dans certains cas, notamment chez les patients avec des facteurs de risques ou un terrain familial », expliquent les jeunes praticiens. Ces derniers souhaitent aussi faire profiter de cette technologie à l’ensemble du territoire où rayonne le Groupe Louis Pasteur Santé. Si le Pôle médical Pasteur-Kléber d’Essey-lès-Nancy reste le vaisseau amiral, les patients présents dans les autres villes du Grand Est pourront avoir recours à cette innovation de traitement.

Baptiste Zamaron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :