Départementales : que va décider Patrick Weiten en Moselle ?

Régionales et départementales ont lieu dans exactement trois mois. On fait un premier tour de la question.

Son choix en déterminera beaucoup d’autres mais pour l’instant, le président du Département de la Moselle ne sait toujours pas quel contour prendra son avenir. Patrick Weiten hésite entre trois hypothèses : les départementales, les régionales ou un arrêt de la politique. Il promet que sa décision ne devrait plus tarder.

Lundi 15 mars, conférence de presse de Patrick Weiten. Le président du Département ne parle pas de lui et de son avenir politique. Il présente la prochaine exposition du Château de Malbrouck qui sera consacrée à Astérix dans sa dimension européenne. La tentation est grande de voir dans le président et dans les liens profonds qui le lient à la Moselle un parallèle avec ce village d’irréductibles Gaulois inventé par le trait d’Uderzo et la plume de Goscinny. Seul contre tous ? Patrick Weiten l’a été. Volontairement ou non, le Yussois est apparu comme un empêcheur de tourner en rond, un bulldozer, un têtu. Il en a conscience, sait très bien qui sont ses ennemis, bien plus nombreux que ses amis. Et s’en moque. Il ne fait pas ça pour ça, dit-il. Pas pour la gloire politique en tout cas. Mais on sent parfois au détour d’une phrase, l’irrésistible envie d’être aimé, d’être reconnu pour le travail accompli.

Mouiller la chemise

Patrick Weiten n’a jamais caché son caractère. Il parle et vit au premier degré, prend tout de front, les projets comme les critiques. Son parcours de président a emprunté ce même chemin. Héritier naturel de Philippe Leroy, il n’a pas forcément suivi tous les sillons tracés par son prédécesseur. Le style aussi n’est pas le même. Moins diplomate, souvent. Mais comme Leroy, il a œuvré pour son territoire. On l’aime ou pas mais on ne peut pas reprocher à Patrick Weiten de ne pas avoir mouillé la chemise. Il a tenté de mettre la Moselle à toutes les sauces, dans toutes les boucles, quitte à en faire un peu trop parfois, frôlant l’overdose. Tant pis. Il a voulu la faire exister économiquement, attractivement, sportivement, socialement. Les paris n’ont pas toujours été les bons, les directions pas toutes comprises.

Seul ? Il l’est sans doute encore au moment de décider s’il rempile pour un nouveau mandat au Département. Sa réflexion n’est pas close. Quelques jours supplémentaires sont nécessaires pour parler encore à son entourage, prendre le pouls du territoire. Quand on les questionne sur l’état de la réflexion du président, les élus du Département, les observateurs politiques répondent tous la même chose : « On ne sait pas. » Patrick Weiten ne dit rien et ne leur dira rien avant d’être totalement sûr. C’est comme ça qu’il fonctionne. Au jeu des pronostics et de l’interprétation des signes, certains sont persuadés de sa candidature, d’autres du contraire.

Oui ou non ?

Patrick Weiten dit avoir beaucoup consulté, dans toutes les sphères possibles. Il dit aussi qu’il ne sait toujours pas. Son questionnement voyage, hésite entre deux directions. Entre l’idée d’une histoire inachevée et la peur du mandat de trop. Trop pour son physique, trop pour sa famille, trop pour sa carrière aussi. Il refuse d’appartenir à la liste de ceux qui auraient dû mais n’ont pas pu.

Il a encore envie mais n’est pas sûr d’avoir l’énergie. Il veut dire stop mais ne sait pas s’il sera capable de vivre une autre vie. Il veut repartir pour apporter de la valeur ajoutée. Il veut arrêter car il se dit usé par l’épreuve qu’a été la gestion du Covid. Ses traits le montrent, son attitude aussi, comme s’il était au bout d’un cycle. Entre les signes, on lit que la balance penche vers un au-revoir. De guerre lasse. Mais on sait aussi qu’il suffit d’un rien pour qu’il redevienne le président qui voulait « voir la Moselle avec ses pieds ». Qu’à l’horizon, il n’y a pas que le Département. La Région pourrait aussi être l’occasion d’un nouveau souffle même avec un François Grosdidier dans le paysage. Ces deux-là pourraient s’entendre et offrir ensemble à la Moselle une vraie force de frappe face à la toute-puissante Alsace, être des interlocuteurs solides de Jean Rottner.

Aller aux régionales ou aux départementales, ou nulle part. C’est avec ces trois possibilités que Patrick Weiten se débat. La réponse viendra bientôt. Le temps passe. Lui aussi est irréductible.

Aurélia Salinas

2 commentaires sur “Départementales : que va décider Patrick Weiten en Moselle ?

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :