Régionales : Jean Rottner sera-t-il toujours président du Grand Est ?

Régionales et départementales ont lieu dans exactement trois mois. On fait un premier tour de la question.

Il n’a pas encore dit qu’il serait candidat mais il est probable que Jean Rottner reparte en campagne. L’élu républicain reste le favori à sa succession à la tête du Grand Est, à moins que quelques Alsaciens ne viennent lui mettre des bâtons dans les roues.

Officiellement, il n’a encore rien dit. Jean Rottner répète toujours la même réponse quand on lui pose la question : l’urgence est ailleurs. Le président de la Région Grand Est n’a pas tort. En ces temps de Covid, les préoccupations sont à mille lieues d’une élection fixée au mois de juin, horizon encore lointain. Pourtant, la question de savoir s’il sera encore président en juillet existe. Pour cela, il faudrait donc qu’il soit candidat. Avouons-le, il y a peu de doutes sur ce point. Les récentes déclarations des uns et des autres, adversaires ou alliés du Mulhousien, vont dans ce sens.

Candidat parce qu’il bénéficie d’une bonne cote de popularité, née de sa gestion de la longue séquence Covid. Jean Rottner a fait le boulot. Tous s’accordent à le dire de part et d’autre de l’hémicycle régional. Médiatiquement, il a été omniprésent, portant au devant des caméras la situation, parfois difficile, de sa région. Le président a même trouvé le temps et l’énergie pour reprendre du service à l’hôpital.

Candidat parce que l’on voit mal ce qu’il pourrait faire d’autre. Revenir à Mulhouse sur une mission municipale ? Quand on mène la barque d’une Région comme le Grand Est, cela paraît moins enthousiasmant. Regarder plus haut ? Un temps évoquée lors du remaniement, son entrée au gouvernement semble impossible depuis qu’il a lâché son désormais célèbre « scandale d’État » au sujet de la mise en place de la campagne de vaccination. Alors la Région, oui, bien sûr. Évidemment.

Face à Brigitte Klinkert ?

Tout ce qui vient d’être écrit ne prend pas en compte un point essentiel : l’Alsace. Les logiques internes de ce territoire échappent souvent aux observateurs mosellans que nous sommes. Mais c’est là-bas que Jean Rottner bâtira son succès ou sa défaite. Sans l’onction d’une majorité d’Alsaciens, il n’a aucune chance. Et on sait qu’ils sont quelques-uns à ne pas le porter dans leur cœur. Entre les séparatistes, les élus de la Collectivité européenne d’Alsace et l’ancienne présidente du Département du Haut-Rhin, Jean Rottner aura fort à faire. Brigitte Klinkert devrait se présenter contre lui avec le soutien de La République En Marche (LREM).
Bref, cette élection ne sera pas de tout repos pour le président sortant, tout comme l’auront été ses quatre années de mandat. Mais il pourra sans doute compter sur une large partie des élus de sa majorité actuelle. Fidèles, ils feront campagne à ses côtés. Enfin, d’après un sondage Ifop pour les Républicains, paru il y a quelques semaines, la liste menée par Jean Rottner basculerait en tête au premier tour avec un score de 31 à 32 % et serait élue au second. Encore une bonne raison d’y aller.

AS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :