François Grosdidier : « Je veux des centres sociaux en ordre de marche »

Alors que les centres sociaux des quartiers de Bellecroix et de la Grange-aux-Bois peinent à conserver leurs agréments, la ville de Metz affirme sa décision de les voir remplacés par de nouvelles structures, plus inclusives.
 
« Dans chaque quartier qui en a besoin, il y aura un centre social qui fonctionne », a martelé François Grosdidier, maire de Metz, à l’occasion d’une conférence de presse à propos des centres sociaux de Bellecroix et de la Grange-aux-Bois, vendredi 19 mars. Dans ces deux quartiers messins, les structures ont en effet perdu leurs agréments délivrés par la Caisse d’allocation familiale (CAF), et ne sont donc plus considérées comme des centres sociaux. « Le centre doit avoir un projet social à la hauteur, en relation avec les besoins de tous les habitants du quartier », résume Bouabdellah Tahri, adjoint à la politique de la ville et à la jeunesse.

Borny résiste

Et d’après la municipalité, l’inclusion, c’est le point noir des structures actuellement implantés dans ces deux quartiers. « Les centres sociaux doivent avoir des actions sérieuses, notamment envers les tranches d’âges qui sont souvent problématiques, comme les préadolescents et les ados », insiste François Grosdidier, qui ajoute que « la délinquance et l’incivilité démarrent à l’âge de 11 ans ».

Sommées depuis le mois de novembre de présenter un projet cohérent et solide, les deux structures n’ont pas su convaincre la Ville de Metz. « Seul le centre social de Borny avance dans la bonne direction, et saura aller chercher rapidement le label CAF », estime Bouabdellah Tahri. Une décision qui fait donc suite à de nombreux mois de terrain et de réunions organisées avec les structures, selon la municipalité. « Habitante du quartier depuis 32 ans, je peux vous dire que les habitants sont très heureux que l’on s’occupe enfin d’eux », fait valoir Isabelle Lux, adjointe à la petite enfance.

Un accueil pour les ados

Au cœur du projet porté par la municipalité, la création d’un accueil pour les adolescents de ces deux quartiers. « Trop peu de centres sociaux sont ouverts après 18 h avec un vrai projet pour les 12-25 ans. Après l’école, ils n’ont rien pour se projeter, ils sont désoeuvrés et en perdition », alerte François Grosdidier. Alors qu’à La Grange-aux-Bois, la structure est également chargée de l’accueil périscolaire, la Ville de Metz assure qu’il n’y aura aucune rupture d’activité. « Les salariés seront évidemment repris, et l’activité sera développée dans des structures qui seront ouvertes sur la population », promet le maire.

Si le centre social de Bellecroix a perdu son agrément en février, l’inter-association de la Grange-aux-Bois est dans l’attente de la décision de la CAF, qui devrait tomber en avril. Ce qui n’a pas empêché le maire d’anticiper l’échéance, en annonçant qu’il mettrait fin à la convention locative dont bénéficiait la structure, à compter du 1er septembre 2021. François Grosdidier affirme cependant qu’il reverra sa position si la structure récupère son agrément. « Je voulais être dans les clous, et permettre de préparer une alternative qui sera prête à la rentrée grâce à des gens du quartier qui ont déjà manifesté leur envie de reprendre la structure. Les habitants de ce quartier sont des Messins à part entière, et ils ont le droit d’avoir un centre social. »

Laura Bannier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :