Cathédrale de Toul : 800 ans, ça se fête !

Photo Vincent Damarin

L’année 2021 marque le 800e anniversaire de la cathédrale Saint-Etienne de Toul. Après trois siècles de construction, les conséquences de la guerre et aléas du temps, l’édifice reste debout et fier de l’être. Tout un florilège d’animations et de rendez-vous ont été imaginés par la municipalité pour célébrer l’événement à sa juste hauteur. Tour d’horizon.

« Pour une année exceptionnelle, un dispositif exceptionnel. » Ce sont par ces mots que le maire de Toul, Alde Harmand, a présenté en ce début de semaine à la presse les festivités programmées à l’occasion des 800 ans de la cathédrale Saint-Etienne de Toul. Et pour marquer le coup, la municipalité mobilisera l’ensemble des forces vives de la ville dès le mois de juin prochain et ce pour un an. « 800 ans, ça se fête tout de même ! Toutes nos actions seront donc pendant une année estampillées “800 ans de la cathédrale Saint-Etienne”. Les festivités doivent être à la hauteur de la cathédrale de Toul », rappelle l’édile qui pourrait partager encore et encore son savoir sur l’emblème de sa ville.

Avant de se plonger dans les nombreuses réjouissances programmées, il faut se laisser bercer par l’histoire qui se cache derrière cet édifice. Débutée en 1221, la construction de la cathédrale Saint-Etienne a duré près de trois siècles. Pour courir jusqu’en 1496. Suite à un bombardement en 1940 qui a anéanti la toiture, la grande rosace et l’orgue, une importante campagne de restauration a commencé dans les années 1980 et se poursuit encore aujourd’hui. De plan roman et de construction gothique, la cathédrale se veut le symbole du riche passé épiscopal de la ville. Et un emblème pour tout un territoire. Elle est tout d’abord remarquable par ses dimensions. Les tours de la façade mesurent 65 mètres de haut, la nef 100 mètres de long pour une hauteur de voûte de 32 mètres. Sans oublier les 56 mètres de large du transept. Et puis il y a aussi l’atout charme, il faut l’avouer. De près ou de loin, quand on arrive de Nancy par exemple, la cathédrale séduit. Mélange des styles architecturaux, façade flamboyante, deux chapelles Renaissance, l’un des plus grands cloîtres gothiques, bref la diversité des formes en fait une référence architecturale. Qui a fait des émules dans la région. « La cathédrale de Metz par exemple a repris certains éléments architecturaux présents sur notre édifice. La cathédrale de Toul est un édifice majeur localement, mais aussi nationalement. Certains acteurs touristiques oublient de pousser le pas jusqu’à nos contrées et ont du mal de sortir de Pompidou-Metz et de la place Stanislas. C’est dommage pour eux. Nous allons en tout cas encore davantage cette année montrer que la cathédrale de Toul est un bâtiment de référence. Pour lequel nous souhaitons lui redonner tout son éclairage. »

« Un programme dense et varié »

Pour donner sa pleine mesure à l’événement, la ville de Toul mobilise l’ensemble de ses structures culturelles et éducatives. Pour faire vivre la cité au rythme de ces célébrations, elle propose concerts, expositions, cycles de conférences et de films, rencontres d’auteurs, ateliers thématiques, animations ludiques dans la cathédrale, au musée, au cinéma, à la médiathèque ou encore dans les écoles. « C’est un programme dense et varié avec un objectif : mieux faire connaître la cathédrale. Et notamment son intérieur. C’est dans ce sens qu’une mise en lumière et sonore de l’intérieur a été imaginée par les professionnels renommés d’AV Extended, avec le parcours Alpha & Oméga. Que l’ouverture au public de la Salle du trésor sera célébrée, qu’un festival de pyrotechnie comme celui de Bach apparaissent toujours au programme. Comme l’accueil, en juin 2022 pour clôturer cette anniversaire, de l’événement “La Lorraine est formidable” qui sera disposé autour de la cathédrale. La mobilisation sera donc importante. De la sphère associative à celle économique pour atteindre une large gamme d’actions culturelles, musicales, sportives, artistiques, gastronomiques, etc. Et bien évidemment un large public. Notre souhait le plus cher est une appropriation des festivités par un maximum de visiteurs. Qu’ils soient locaux ou non. Alors bien évidemment dire cela au moment où nous traversons une période sanitaire compliquée, prend presque la forme d’un vœu pieux. Mais nous le désirons. Difficile de prédire aujourd’hui quelles seront les conditions sanitaires et les protocoles associés du mois de juin prochain. Nous nous adapterons à la situation. Nous avions prévu de débuter les festivités à la fin de l’année 2020, elles ne commenceront qu’au début de l’été 2021. C’est ainsi. Mais je tiens à le préciser, les mesures sanitaires seront drastiques. Certaines choses pourront être décalées dans le temps. D’autres seront maintenues car nous serons en capacité d’assurer des jauges », rassure Alde Harmand. L’ambition est affichée tout autant que la ligne budgétaire qui s’étale sur les deux années de festivités, avec le soutien de nombreux partenaires. « 350 000 euros. Mais avec certains dispositifs qui existaient d’ores et déjà. Pour le reste, une seule chose à dire : il faut marquer le coup », conclut le maire de la ville.

Photo Ville de Toul

« Le sens profond d’une cathédrale »

Les 800 ans de la cathédrale ne prendraient pas toute leur dimension sans celle dédiée au culte. Le diocèse de Nancy et Toul s’associe donc aussi à l’événement. Sur un volet spirituel en proposant une programmation de visites thématiques notamment. « Il s’agit de découvrir le sens profond d’une cathédrale. On expliquera ce qui s’y passe, sa place dans la ville, on verra aussi le lien profond entre l’art, la culture et le culte. Tout en approfondissant car chaque époque a une sensibilité particulière du mystère de Dieu et de la destinée humaine. En contemplant le monument que nous ont laissé nos ancêtres, nous découvrirons le message qu’ils nous laissent, à l’aide d’écrits bibliques, spirituels et théologiques de l’époque de la construction », explique le Père Jacques Bombardier, délégué épiscopal aux affaires du diocèse de Nancy-Toul. Une journée de récollection est également au programme. Tout comme la célébration des grands temps liturgiques qui ponctueront la période.

Baptiste Zamaron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :