NANCY | Culture : pourquoi ne pas desserrer l’étau ?

Photo DR

Ils ne demandent pas à être à nouveau dans la lumière ni même tout en haut de l’affiche, ils veulent seulement exister dans cette époque déprimante et grisâtre.

Où sont la joie, la création, le spectacle ? Comment repeindre la morne existence d’aujourd’hui avec un printemps de la culture, moteur auxiliaire irremplaçable de la vie ? Comment mettre fin à cet entracte qui n’a jamais été aussi long ? Les lieux de répétition, les espaces où se crée le lien social, les salles sont désespérément fermées : quand le système va-t-il se débloquer ? Les valeurs d’échange, de rencontre, d’élévation de l’esprit sont mises en sommeil, oubliées, considérées comme non essentielles. Il n’y a plus rien : plus de théâtre, plus d’opéra, plus de musée, plus de concerts, plus de cinéma, juste l’absence qui s’éternise.

Les artistes, les intermittents, tous les acteurs du spectacle étouffent, se morfondent ou occupent carrément les théâtres. Qui les entend, les écoute, les comprend, les soutient autrement que par des aides, lesquelles permettent d’assurer l’intendance mais ne remplaceront jamais les actions artistiques ? D’ailleurs, qui se préoccupe vraiment de ce qui est l’essence même de l’activité culturelle : la force de la création et l’expression scénique pour répercuter de manière ouverte, ample et généreuse le foisonnement de propositions dont les mesures en place viennent à bout, comme si les temps actuels mettaient en ruines toutes les formes d’interprétation et de sensibilités.

Le mur du silence

Ce monde-là, est-il plus malheureux que d’autres ? Nous n’allons pas faire le constat implacable de l’épuisement moral et souvent financier qui touche telle ou telle catégorie, attardons-nous plutôt sur l’éducation, l’ouverture au sensible et à l’esthétique. Ignorons aussi la notion de canon culturel : qu’importe ce qui est noble ou plus accessible à tous, l’important est que l’offre existe, qu’elle puisse s’exprimer et toucher divers publics. L’action culturelle s’est territorialisée mais c’est l’État qui, pour cause d’épidémie, a édifié le mur du silence devant lequel se manifeste la colère, l’angoisse aussi, de tous ceux qui dénoncent l’indifférence polie dont l’ordre politique fait preuve au lieu de lever les entraves pour remettre la culture au cœur de la société.

Accessoire alors que les hôpitaux sont surchargés, que beaucoup de secteurs de l’économie suffoquent, que les Français sont préoccupés par leur santé et veulent du boulot ? Allons donc ! N’oublions pas qu’un monde sans culture est un univers sans âme, dépourvu d’imagination, de grâce et d’esprit, privé de l’un de ses éléments vitaux. Chacun a conscience des défis sanitaires mais aussi économiques, sociaux, environnementaux, politiques qui font actuellement pression sur notre pays. Pourtant, dans le respect scrupuleux des gestes barrières, tentons l’expérience d’ouvrir les endroits où la culture diffuse afin d’en permettre l’accès pour renflouer le dispositif et lui permettre simplement d’exister.

Aucun bâillon, même au nom de la lutte contre l’épidémie, ne peut ni ne doit étouffer indéfiniment la voix des artistes. Renoncer serait la pire des programmations mais se faire entendre, assumer son rôle de porte-étendard ne doit pas être un jeu de reflets entre réalité, illusion et fiction que maîtriser aujourd’hui nous ramène aux comportements d’hier. Nous pouvons nous griser d’hyperboles, vouloir sortir de cette longue éclipse, nous battre pour sauver la culture, lever les incertitudes de la reprise, aider le spectacle vivant à traverser la pandémie : au final, c’est le virus qui règle la mise en scène. Surtout si le politique s’en remet aux préconisations des experts qui alertent, conseillent d’articuler les principes de prévention et de précaution mais n’ont pas la responsabilité du choix de la réponse et du sens qui en découle au moment de lever le rideau ou de le maintenir baissé.

Pierre Taribo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :