Le maire Olivier Postal : « Veiller à ce que Terville conserve son esprit de village gaulois »

Il y a un an, Olivier Postal était élu maire de Terville. Le début de son mandat a largement été consacré à protéger les 7 000 Tervillois des conséquences de la pandémie. Lui et son équipe portent aujourd’hui trois gros projets visant à conforter le bien-vivre au sein de la commune, aidés en cela par des finances qui ont recouvré des couleurs.

«Terville gagne des habitants au fil des ans. Ma priorité, c’est de répondre à l’évolution des besoins des habitants tout en veillant à ce que Terville reste une commune où il fait bon vivre. Et qu’elle conserve cet esprit de village gaulois qui la caractérise et qui, personnellement, me convient très bien », explique Olivier Postal, le maire de Terville aux manettes de la commune depuis un an maintenant. Si cette année a été quelque peu compliquée pour l’élu compte tenu de la crise sanitaire (voir encadré) mais également économique, trois gros projets ont néanmoins été lancés.

Terville aura son Central Park

Primo, Terville, qui compte actuellement deux écoles, va s’enrichir d’un troisième établissement scolaire compte tenu de l’augmentation de la population. Il sera implanté dans la partie Est de la cité et accueillera une dizaine de classes ainsi que des espaces dédiés à l’accueil d’activités périscolaires. Quatre millions d’euros sont investis dans cette opération. « Et j’espère pouvoir être en mesure de l’inaugurer à la rentrée 2022 ou, en tout cas, avant la fin de l’année prochaine », précise le maire.

Le second projet, qui mobilise une enveloppe de 2 millions d’euros, vise à doter Terville de son « Central Park » pour reprendre l’expression (amusée) d’Olivier Postal. Plus sérieusement, l’ambition est d’étendre le Parc Châtillon pour créer un véritable poumon vert de 3 hectares entre les rues de Verdun et Pasteur, autour du complexe sportif Le 111 (inauguré en 2020). Le chantier débute dès cet été. « On y trouvera des jeux pour enfants, des espaces dédiés au fitness, des zones destinées à accueillir, plus ponctuellement, des concerts et des animations. L’ambition c’est d’en faire un lieu où les Tervillois pourront se détendre, se rencontrer, s’amuser, pique-niquer… Nous allons également y planter 6 700 arbustes, massifs, arbres… Le parc accueillera également un verger avec différents arbres fruitiers. Je compte d’ailleurs planter des arbres fruitiers dans toute la commune, partout où ce sera possible », confie l’élu.

Troisième dossier : accélérer encore l’embellissement et la sécurisation de la rue de Verdun afin de réduire la vitesse de circulation sur cet axe important et favoriser l’accueil du bus à haut niveau de service (BHNS). « Et cela alors que le 6 avril prochain, démarreront également les travaux visant à doter le Pôle Auto (Parc d’activité technologique, ndlr) d’un accès direct depuis et vers l’autoroute, ce qui réduira de facto la circulation des poids-lourds dans la commune », précise Olivier Postal.

« Il a fallu se montrer innovants et audacieux »

Faut-il comprendre avec ces investissements que Terville, qui figurait parmi les communes les plus endettées de France il y a 20 ans, se porte beaucoup mieux sur le plan financier ? « La dette était de 2 500 euros par habitant en 2001. À la fin de cette année, elle sera de 309 euros par habitant. Alors oui, les finances se sont nettement améliorées », souligne Olivier Postal avec d’autant plus de satisfaction qu’il est l’un des artisans de ce redressement. Avant de prendre les rênes de Terville, Olivier Postal était le collaborateur de Patrick Luxembourger, l’ancien maire. Il a cumulé les fonctions de chargé de développement et de directeur général des services durant plusieurs années. « Réduire la dette a été un travail de longue haleine. Il a fallu gérer les deniers publics avec la plus grande rigueur mais également se montrer innovants et audacieux pour générer des recettes nouvelles. La zone commerciale SuperGreen et le Pôle Automobile ont été créés et développés, par la municipalité, avec pour ambition d’alimenter les caisses communales et de pouvoir ainsi continuer à investir là où il était nécessaire et possible de le faire. In fine, ce sont 55 millions d’euros qui ont été investis entre 2001 et 2020, tout en réduisant la dette. Cette expérience nous a appris à bien compter, à bien gérer. Elle nous a aussi enrichis sur le plan humain. Je peux aujourd’hui m’appuyer sur une équipe soudée en laquelle j’ai entière confiance. Un atout pour aujourd’hui aller de l’avant », conclut Olivier Postal.

FB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :