Rotary Club d’Hagondange : des œufs en chocolat pour soutenir les associations locales

Le Rotary Club d’Hagondange organise jusqu’au 3 avril une vente caritative d’œufs de Pâques. Plusieurs pépites d’or d’une valeur de 300 euros ont été cachées dans les chocolats. Leur créateur, l’artisan joaillier Alexandre Bianchi, raconte l’histoire derrière le projet.

« Nous avons imaginé une opération sympathique et conviviale. Le chocolat, c’est accessible, ça parle à tout le monde », entame Alexandre Bianchi, fils de Pierre Bianchi, maître horloger et nouveau président du Rotary Club d’Hagondange, avec qui il partage l’atelier familial. Effectivement, les œufs de Pâques raviraient n’importe quel aficionado du cacao : 15 centimètres de haut pour 450 g de chocolat fourré d’une garniture pralinée et décoré d’une illustration peinte spécialement pour l’occasion par l’artiste mosellane Betty Wittwe. La confection est signée Fabrice Dumay et Christian Haberey, maîtres chocolatiers messins reconnus. « Notre collaboration s’est faite très naturellement, se remémore Alexandre Bianchi, créateur des pépites surprises en or. Le projet a été imaginé en décembre 2020. Et cinq coups de téléphone plus tard, c’était lancé ! »

« Un cercle vertueux 100 % local »

La confection des œufs n’a pas été de tout repos, notamment pour reproduire la peinture de Betty Wittwe en couches alimentaires. Mais le cadre associatif a motivé les troupes. Huit euros par œuf vendu seront ainsi reversés à la SPA Thionville-Arry, au syndicat des apiculteurs de Moselle et à l’association des chiens guides de l’Est Woippy.

« J’encourage tout le monde à être solidaire localement, appuie Alexandre Bianchi. Bien sûr, il ne faut pas fermer sa porte à des projets lointains, mais nos associations locales sont essentielles aussi. C’est pourquoi notre projet est complètement dédié aux associations et artisans du coin. Tout le monde est gagnant, c’est un cercle vertueux 100 % local. »

Pierre Bianchi sous les traits de Jean Lapin

« Le choix d’Alice aux pays des merveilles et de Jean Lapin a permis une confrontation entre deux univers : celui de Betty Wittwe et de la famille Bianchi », s’amuse Alexandre. Si le thème est récurrent dans l’œuvre de l’artiste peintre, le lapin pressé du roman de Lewis Carroll revêt une symbolique toute particulière aux yeux du clan Bianchi. « En famille, on aime bien se taquiner, sourit le joaillier. Et il n’est pas rare qu’on lance à mon père des ’’tic, tac, tic, tac, tu vas être en retard !’’ ou ‘‘retourne dans ton terrier !’’ » Entre la montre à gousset de l’un, et le métier d’horloger de l’autre, le lien est tout trouvé.

Justyne Stengel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :