Metz déjà plus verte ? Petit inventaire des actions et des projets

Tour d’horizon des principaux dossiers, en cours ou à venir si les engagements de campagne sont tenus, en matière d’environnement à Metz.

Arbres

3 000 plantations par an, donc 18 000 d’ici la fin du mandat, en 2026. Tel est l’objectif de François Grosdidier en matière d’arborisation de la ville. Forêt urbaine de Metz-Nord, végétalisation de rues et de places, « notamment dans l’hypercentre piéton », végétalisation de « trois ou quatre cours d’école » pour un montant de 350 000 euros, création de jardins familiaux supplémentaires… Autant de perspectives mises en exergue lors de la présentation du budget primitif (BP) 2021. L’idée étant que « chacun des habitants de Metz ne vive pas à plus de 500 mètres » d’un îlot vert, avait indiqué au Monde Béatrice Agamennone, deuxième adjointe, en septembre dernier.
Hydrogène

Rendez-vous avait été donné le 4 mars dernier. Ce jour-là, un bus à hydrogène du constructeur belge Van Hool a circulé dans les rues de Metz. Derrière ce happening destiné à nourrir la réflexion des élus, une volonté de la part du président de Metz Métropole, adossée aux obligations faites par la loi sur la transition énergétique d’ici 2025 : s’appuyer sur cette technologie dans l’optique de la mise en service de la troisième ligne de Mettis, comme pour les camions de ramassage des ordures et l’ensemble de la flotte des transports en commun. Les réflexions sont engagées, la phase d’études a démarré. « C’est une technologie en laquelle je crois beaucoup. Elle présente les avantages de l’électrique sans les inconvénients des batteries », note François Grosdidier.

Rénovation énergétique

Là aussi, un chapitre lui est dédié dans le cadre du BP. En jeu, une enveloppe de 930 000 euros pour deux gymnases, 1,6 million consacré aux écoles, et 50 000 euros engagés pour le diagnostic énergétique de quinze bâtiments d’une superficie excédant 1 000 mètres carrés. Le parc privé compte aussi au nombre des préoccupations en la matière : sur la table, « un renforcement » des moyens alloués à l’Agence locale de l’énergie et du climat (Alec), susceptible d’accompagner les particuliers dans leurs travaux d’isolation.

Récollets

Les Recollets à Metz. Photo Michel Dell’Aiera

Parce qu’il entend « réenchanter le centre-ville », François Grosdidier compte bien bichonner le cloître des Récollets, qui abrite l’Institut européen d’écologie.

Vélos

« Développer l’usage du vélo tout en garantissant un partage de l’espace public équilibré entre les différents modes de déplacements », telle était l’ambition rappelée par Metz Métropole, l’automne dernier, au sortir de l’expérimentation des « coronapistes », ces pistes cyclables inaugurées à l’occasion du déconfinement de mai 2020. Elles ont été abandonnées, car « leur conclusion était négative », avait estimé François Grosdidier. « J’ai mis fin à une expérimentation qui réservait la même place boulevard Paixhans à 300 vélos et à 18 000 voitures par jour. » Au registre des engagements de campagne, Utile pour Metz avait défendu « la sécurisation des pistes et des parkings vélos », prévoyait de « dissocier les espaces piéton/vélo, principalement en centre-ville », et s’engageait à proposer « aux cyclistes un système de puce GPS pour retrouver les vélos volés ».

Déchets

Dans son programme municipal, l’an dernier, François Grosdidier promettait de tendre vers le « zéro déchet » dans tous les bâtiments publics gérés par la Ville. « Des coups de pouce incitatifs, notamment financiers », étaient également évoqués à destination des particuliers, afin de les inviter à réduire leurs déchets. La création d’un centre métropolitain de méthanisation pour les déchets verts des communes concernées était envisagée.

Navettes fluviales

Photo Michel Dell’Aiera

Dans les cartons, un projet consistant à rallier le centre-ville à l’une des communes situées au sud de Metz, Moulins-lès-Metz ou Ars-sur-Moselle. François Grosdidier s’inspire de ce qui est en place à Bordeaux. Il s’est rendu sur place en 2019 pour voir comment cela fonctionnait. Des arrêts seraient prévus entre points de départ et d’arrivée. Comme dans le Mettis en somme. Avec l’accent mis sur les heures de pointe, en début de matinée et en fin de journée.

Cour d’Or

Sitôt dit, sitôt fait. La phase d’études a commencé pour ce projet visant à consacrer une partie du Grenier de Chèvremont en pavillon de la biodiversité, intégré au musée de la Cour d’Or. « Il présentera au public les enjeux liés à la sixième extinction des espèces », présente le maire.

Toitures-terrasses

Lors de la campagne, Utile pour Metz s’était engagé : « Nous imposerons par règle d’urbanisme aux nouvelles toitures-terrasses la végétalisation ou des panneaux solaires et, sur les grands immeubles, jardins partagés ou en serre. » Avant d’assurer : « Nous montrerons l’exemple sur les bâtiments communaux. »

3 commentaires sur “Metz déjà plus verte ? Petit inventaire des actions et des projets

Ajouter un commentaire

  1. 300 vélos Boulevard Paixhans ! Misère ! Ce qui me choque, François, ce sont les 18 000 véhicules jours sur cet axe… 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :