Metz | Denis Marchetti et l’urgence environnementale : « Un immobilisme extrêmement grave »

« Nous n’avons pas la même conception de l’urgence environnementale », dit Denis Marchetti, élu d’opposition à la Ville de Metz et à la Métropole, pour juger l’action de François Grosdidier et de sa majorité en matière d’écologie.

Le ministre Nicolas Hulot avait dénoncé « une écologie des petits pas » orchestrée par le gouvernement d’Édouard Philippe pour justifier sa démission surprise à l’été 2018. Aujourd’hui, c’est à cette formule que Denis Marchetti, élu d’opposition à la Ville de Metz et à la Métropole, fait allusion quand il lui est suggéré de commenter les orientations politiques de François Grosdidier en la matière, depuis sa prise de fonction voici neuf mois. Avec ce jugement sans concession : « Ici, on peut parler de pas en arrière. »

À ses yeux, l’enjeu n’est pas de savoir si « Metz est assez verte ou plus verte ». La question essentielle se poserait plutôt en ces termes, autour d’une réflexion « beaucoup plus ambitieuse » : « Les efforts consentis sont-ils suffisants pour remplir l’objectif d’une diminution des gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030 (par rapport à 1990, ndlr) à l’échelle du pays, si l’on se réfère au projet de loi climat et résilience actuellement débattu, ou encore de la préservation de la biodiversité ? Ce que je peux dire, c’est que les premiers signaux envoyés ne vont pas dans ce sens, même si la tâche est loin d’être facile. »

« Une incitation aux déplacements carbonés »

Parmi les objets du courroux de Denis Marchetti, le coup de rabot décidé par le maire de Metz sur les tarifs de stationnement au centre-ville, dans l’idée de redonner un peu de souffle aux commerçants, qu’il perçoit comme « une incitation aux déplacements carbonés  alors que la municipalité précédente avait tiré un trait là-dessus ». « François Grosdidier répète qu’on peut contenter tout le monde, tout le temps mais la vérité est que le tout-voiture réduit la place accordée aux vélos, aux piétons, et ce dans les budgets également », avance Denis Marchetti. L’élu Europe Écologie Les Verts de sortir sa calculette, concernant le deux-roues : « À Strasbourg, ville remarquable sur ce point, les crédits alloués au vélo sont estimés à 15 euros par habitant. À Metz Métropole, Christophe Prévost, chargé du Plan vélo, parle de 11 euros mais je n’ai jamais compris comment il parvenait à ce chiffre. Moi, je pense qu’on est plus proche des 8-9 euros. » Sur le sujet, Béatrice Agamennone, élue de la majorité, s’était exprimée lors du dernier conseil métropolitain, promettant un projet structurant chaque année pour les deux collectivités et réclamant du temps pour déployer cette stratégie. « Nous n’avons pas la même conception de l’urgence environnementale. »

Photo Michel Dell’Aiera

Autre sujet qui fâche l’opposant du maire de Metz et président de la Métropole, « le silence » entourant le développement économique qui, dit Denis Marchetti, doit se penser de nos jours en intégrant la problématique de l’écologie. Au lieu de quoi, selon ce dernier, « on n’en parle jamais. On assume par exemple d’adosser l’implantation d’Amazon sur le territoire à une logistique routière climaticide, avec ses centaines de camions en transit chaque jour sur l’A4 ou l’A31, sans même étudier la possibilité d’un fret ferroviaire ou fluvial ». Lui dénonce « une absence de vision à long terme dangereuse » pour la planète comme pour la santé des citoyens, fragilisée entre autres par la pollution de l’air. « À la rentrée, rappelle Denis Marchetti, j’avais parlé de concevoir des rues scolaires, pour restreindre le défilé des autos matin et soir qui affecte les enfants, leurs parents comme les personnes vulnérables, d’ailleurs, à proximité des Ehpad. Mais à Metz, absolument rien n’est imaginé pour contrer ça. » Cette « absence d’ébauche de réflexion » toucherait aussi le domaine de la gestion des déchets, avec une épineuse extension des consignes de tri à appréhender au 1er janvier 2022, ou encore les enjeux liés à l’éclairage public. Denis Marchetti : « Après un an de confinement ou de couvre-feu, comment est-il possible de ne jamais avoir étudié la possibilité de réduire l’éclairage la nuit ? Pour moi, c’est considérer que l’énergie est gratuite. »

« Une partie du problème est d’ordre générationnel »

On l’a compris : il y a tout ce que François Grosdidier et son équipe ne feraient pas. Mais ce qu’ils font ou veulent mettre en œuvre sur la durée de leur mandat ? Végétalisation de Metz avec 3 000 arbres plantés par an, verdissement des cours d’école, passage à l’hydrogène des transports en commun, rénovation thermique des bâtiments municipaux et privés, aide financière complémentaire de 80 000 euros allouée par la Métropole au mois de décembre 2020 à l’Agence locale de l’énergie et du climat, revalorisation des Récollets, de l’Institut européen d’écologie, mise en place d’une troisième ligne de bus à haut niveau de service… Bref, tout ceci et d’autres projets encore ne seraient que « gadgets » pour reprendre une expression essorée en politique ? « Non, je me refuse à employer ce mot, répond Denis Marchetti, et à critiquer toutes ces initiatives qui sont tout à fait louables. En revanche, je ne peux pas m’ôter de l’idée que toutes les options stratégiques retenues pour faire face au défi écologique, environnemental manquent gravement d’ambition. Je crois qu’une partie du problème est d’ordre générationnel. François Grosdidier dirige la ville, en matière d’écologie, comme il l’aurait fait vingt ou trente ans en arrière. Et cet immobilisme qui prévaut est extrêmement grave. »

Nous écrivions la semaine dernière que majorité et opposition étaient désormais « irréconciliables » à Metz. Sur le sujet de l’écologie comme sur tant d’autres.

Thomas Vuagnoux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :