Nancy | L’agence Madeleine propose de découvrir la ville et la Lorraine autrement

Avec près de 1 000 ans d’histoire, Nancy regorge de curiosités et de secrets biens cachés… pourtant tout est juste sous notre nez ! Depuis bientôt cinq ans, Marine Marquaite et Florent Vallin ont fondé La Madeleine, une agence historique, patrimoniale et gourmande pour visiter la ville et la Lorraine autrement. Même en ce moment. Alors, en route !

Après une licence en Histoire de l’art pour l’une et un BTS Tourisme pour l’autre, Marine Marquaite et Florent Vallin, fondateurs de l’agence La Madeleine, se sont rencontrés pendant leur licence professionnelle les formant, via le Cnam, au métier de guide conférencier. Mais pas n’importe où. A quelques pas de la cité ducale, dans un haut lieu de l’histoire lorraine et de son patrimoine: le château de Lunéville.

Pendant cette formation, ils ont eu la mission de créer un « produit touristique, innovant et viable ». Leur est alors venue l’idée de créer des parcours associant l’histoire, le patrimoine et la gastronomie. Et pour ces deux jeunes gens qui ont grandi en dehors de la Lorraine, plutôt en région Ile-de-France, une double surprise était au rendez-vous. Eux qui pensaient au premier abord qu’en dehors de la célèbre quiche lorraine, il n’existait pas grand chose en saveurs locales, ils en ont été pour leurs frais. « Nous n’imaginions pas une telle richesse de la gastronomie en Lorraine. Au cours de ces recherches, nous sommes tombés sur un livre retraçant toute l’histoire de cette gastronomie et ses déclinaisons. Autant dire qu’il y en a un sacré paquet ! », lâche Marine Marquaite. Toutes ne sont pas forcément connues, et on n’imagine pas toujours qu’elles tiennent leurs origines de Lorraine. Ces deux jeunes gens n’y connaissaient pas grand chose non plus en histoire et patrimoine local. Mais au fil des pages, des chapitres, des livres, des anecdotes, ils ont emmagasiné des connaissances et se sont pris au jeu de la découverte, du savoir. « Les ducs de Lorraine, Stanislas, etc, nous en avions vaguement entendu parler. Mais sans jamais avoir véritablement creusé. C’est désormais chose faite et c’est passionnant. Il y avait beaucoup de choses à proposer. » C’est ainsi que l’aventure a débuté avec la création leur agence historique, patrimoniale et gourmande.

Photo DR

En tant que Lorrains d’adoption et de cœur, Marine et Florent ont vite choisi comme emblème la madeleine pour représenter graphiquement leur activité. Un petit gâteau, symbole de la douceur de vivre locale mais pas uniquement. « La madeleine est pour nous l’ambassadrice de l’histoire de la Lorraine, et de son patrimoine d’hier et d’aujourd’hui. Mais c’est aussi celle de Proust. Celle du souvenir, du passé et des sens, que nous tâchons d’éveiller pour chaque visiteur, afin de lui faire savourer ce que la Lorraine a de meilleur ! », annonce le duo.

Nancy et son goût sucré

Et justement, en parlant de visites, qu’est-il possible de faire ? Visites historiques et gourmandes, musées, conférences, parcours sur mesure, tout est possible pour découvrir Nancy et la Lorraine de manière originale en leur compagnie. « Nous nous adaptons. De la visite historique de Nancy en passant sur une thématique davantage focalisée sur l’Art nouveau, ou sur des emblèmes comme la ville vieille par exemple. C’est un plaisir personnel à chaque reprise. Et faire découvrir le palais ducal aux visiteurs reste un moment forcément magique. Nous avons aussi créé très rapidement des parcours thématiques à différents moments de l’année. Sur la Saint-Nicolas par exemple. Sur les histoires d’amour à Nancy qui connaît chaque année son petit succès au moment de la Saint-Valentin. Même chose pour le thème autour des femmes nancéiennes à l’occasion de la journée internationale du droit des femmes. Sans oublier notre spécificité, les parcours gourmands », explique Marine Marquaite.

A quoi ressemblait le baba que Stanislas emmena dans ses valises depuis sa Pologne natale ? D’où vient la bergamote de Nancy ? Que buvaient les ducs de Lorraine lors de leurs festins ? Au cours de ces parcours gourmands, Marine et Florent promènent leurs visiteurs dans les lieux incontournables liés à la gastronomie nancéienne. « Nous proposons ainsi des rencontres avec les artisans. Pour découvrir leur savoir-faire, l’histoire du produit. Sans oublier bien évidemment de goûter ! » Des dégustations exclusivement sucrées puisque les spécialités nancéiennes tournent autour de cette précieuse spécificité. Pour ceux qui voudraient dépasser les frontières de la gastronomie nancéienne et faire connaissance avec les saveurs lorraines dans leur ensemble, pas de problème. Une immersion est possible au marché central. « Fromages, vins, tourte lorraine, il y en a pour tous les goûts. »

Demain autour du chocolat…

Les visites s’adressent à tous les publics. Petits comme grands. Visiteurs comme Nancéiens. « Cela étonne beaucoup quand je le dis mais nous avons de très nombreux habitants qui participent à nos visites. Il est très rare de rencontrer des habitants ayant déjà effectué une visite de leur ville. Alors que quand on voyage, on multiplie les visites. Mais chez soi, nous avons déjà l’impression de connaître. En créant régulièrement de nouveaux parcours, les gens prennent plaisir à (re)découvrir leur ville sous un angle différent. La porte d’entrée pour ces visiteurs locaux s’effectue souvent par la visite thématique autour de “Nancy insolite”. Par des détails architecturaux, des histoires, des anecdotes, on apprend toujours quelque chose. Saviez-vous par exemple, que l’on peut trouver à Nancy une de ces fameuses fontaines, conçues par un riche anglais afin d’abreuver les parisiens après le siège de Paris ? La place Stanislas a encore bien des secrets à vous révéler … », annonce Marine.

Photo La Madeleine

Et les visiteurs, que disent-ils de toute cette richesse ? « L’expression qui revient le plus souvent est : “on ne s’attendait pas à cela.” Dans l’esprit des gens, Nancy se limite à la place Stanislas. Mais quand on arbore les différents endroits de la ville, c’est une véritable surprise pour eux. Certains s’arrêtent à Nancy quelques heures ou une journée. Et j’entends bien souvent qu’ils vont y revenir pour y passer davantage de temps », explique la guide-conférencière. Prononcer le terme « touriste » semble presque faire référence à un vocabulaire passé. Alors les deux jeunes gens profitent de leur temps pour imaginer et concevoir de nouveaux parcours. Marine Marquaite nous glisse une indiscrétion : elle créée une prochaine visite gourmande autour du chocolat.

Depuis la crise sanitaire, bien évidemment le rythme des visites s’est ralenti. Mais l’activité reste présente. « Nous limitons nos visites au week-end, à six personnes. Avec principalement et logiquement beaucoup de locaux. Mais qui sont heureux de nous trouver toujours actifs. Beaucoup nous ont fait la remarque qu’il restait peu de structures ouvertes depuis la pandémie. On se sent un peu comme des survivants en cette période. Les offices de tourisme ont des difficultés à mettre en place des visites pour une question de rentabilité. Nous ne sommes pas épargnés par cette question évidemment, mais on va dire que l’on fait avec. Cela nous permet de sortir de chez nous, d’exercer notre métier. Et de faire plaisir aux gens. Beaucoup, surtout avec l’arrivée des beaux jours, cherchent des activités. Contrairement à ce que l’on nous fait croire depuis un an, la culture est essentielle. Il suffit de nous accompagner pendant une visite un week-end pour s’en rendre compte », conclut Marine Marquaite. Là aussi, presque une madeleine de Proust …

Baptiste Zamaron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :