Nancy | Laurent Hénart et le nouveau CHRU : « Une belle étape de franchie »

Lorsqu’il présidait le conseil de surveillance du CHR, l’ancien maire de Nancy avait mis ce dossier tout en haut de la pile. Aujourd’hui, il ne le perd évidemment pas de vue et l’évolution favorable du projet le réjouit.

« C’est une belle étape de franchie, une étape qui marque. Il faut souligner le travail de fond qui a été accompli par Bernard Dupont à son arrivée. La mise en perspective pluriannuelle avec le retour à l’investissement, la mise en route du plan de refondation, c’est lui. A un moment donné, le duo directeur général-président de la commission médicale d’établissement – le regretté Michel Claudon puis Christian Rabaud – a permis, par son action et sa vision, d’aller plus loin et de mettre en place une dynamique grâce à laquelle le CHRU est parvenu à débloquer de l’investissement. On oublie assez vite que le bâtiment de biologie et de biopathologie, qui représente presque 50 millions d’euros d’investissements, a été mis en service en 2019. Ce laboratoire est un appui précieux pour le dépistage massif durant cette période de Covid-19. Ce premier point et ce qui arrive aujourd’hui sont l’aboutissement de tous les efforts mis en œuvre. »

« Le plan de refondation n’a pas provoqué une dégradation des performances »

Après les circonvolutions et les exigences de l’ancien Copermo, aujourd’hui supprimé par Olivier Véran, l’État a changé radicalement d’attitude : « Je suis heureux que l’État augmente l’investissement. La reprise de la dette était inscrite dans le plan Hôpital 2019. Nous avions réussi à mettre le CHRU dans ce plan. C’est bien que cela soit confirmé. Les 70% de l’investissement pris en charge par l’État, c’est l’assurance que l’investissement se fera. Je note aussi avec satisfaction l’abandon de la suppression des postes et des lits. Ce qui est remarquable, c’est que le plan de refondation n’a pas provoqué une dégradation des performances de l’établissement, il a plutôt contribué à leur amélioration. »

Consensus autour de ce qu’Olivier Véran qualifie lui-même « de beau projet ». Évidemment mais, la vie publique étant ce qu’elle est, un coup de griffe n’est pas à exclure. Écoutons Laurent Hénart : « Il y a la réflexion hospitalo-universitaire, le projet de biopôle. C’est une vraie occasion de renaissance du technopôle. Le projet universitaire se termine, le projet hospitalier démarre. Ça renvoie aux ambitions d’excellence et d’innovation de la Métropole. C’est quand même paradoxal qu’on abandonne le tram. »

Là, plus question de faire patte de velours, le combat politique reprend ses droits. A-t-il d’ailleurs jamais cessé, même lorsque les dés ont cessé de rouler ?…

P.T.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :